Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par chrysm le Dim 13 Avr 2014, 14:58

Bonjour,

Vu le "succès" de mon article sur la pose d'un propulseur d'étrave et les questions que j'ai pu recevoir par mail/message privés, j'envisage de regrouper ici tous les éléments que j'ai pu glaner quant au choix du propulseur d'étrave et à son installation sur un voilier. Ca peut s'appliquer sur un bateau à moteur mais n'étant pas un spécialiste de la problématique de nos voisins de bord de mer... je ne suis pas affirmatif.

Les différents types de propulseurs d'étrave

Actuellement il y a 4 familles de propulseurs d'étrave :

  • à tunnel : on installe un tuyau de grand diamètre qui traverse la coque d'un bord à l'autre, l'hélice est dedans, le moteur au dessus . Il y a 2 "sous catégories" : les moteurs électriques et les moteurs hydrauliques. Mais en fait ces derniers ont une pompe qui elle-même est alimentée électriquement. C'est donc plus une "variante" qu'une véritable technologie différente.
  • rétractables : l'hélice est sur un vérin. cachée dans un retrait de la coque : elle sort quand on en a besoin et se replie hors utilisation
  • externes : le moteur et l'hélice sont dans un bloc étanche immergé sous l'étrave. Un point d'ancrage (gros boulon) lie les deux et un fil électrique d'alimentation et de commande passe par ce trou.
  • à jet d'eau : une pompe aspire l'eau sur le bord opposé, stocke l'eau dans un récipient embarqué et rejete l'eau de l'autre côté


Avantages /inconvénients

Chaque famille a ses avantages et inconvénients, ses fans et ses détracteurs.
Un rapide tour d'horizon des avantages et inconvénients (du moins cher au plus cher) :

  • externe : pose simplifiée, un (ou deux) "petit" trou dans la coque, pas de problématique structurelle (si le trou est correctement réalisé), hélice plus basse que pour un tunnel. Les puissances (actuellement) sont limitées, l'appendice dépasse de la coque (performances à la voile) et peut donc accrocher tout ce qui passe (bout, ofni, ...), l'hélice est toujours dans l'eau, le moteur est "dans l'eau", donc inaccessible hors mise à sec,
  • tunnel : technique la plus ancienne et utilisée sur les unités marchandes, technique de pose du tunnel connue (mais nécessite un réel savoir faire notamment pour faire les formes évitant les dépressions et cavitation), pose relativement simple : installation du tunnel , puis pose du moteur (qui reste accessible). Nécessite un emplacement à l'avant pour faire passer le tunnel de part en part, avec la place pour le moteur du propulseur (dessus ou couché), l'hélice est toujours dans l'eau, volume d'eau supplémentaire (ne fait pas partie du poids du bateau mais a tendance à le freiner légèrement), risques (surtout pour les hélices) en cas d'objet présent devant les ouies lors de l'utilisation (cordage ou pire : baigneur)
  • rétractable : technique plus récente : nécessite une découpe spécifique et un renfort structurel de la coque. L'hélice meme si elle reste dans l'eau, est toujours dans un volume protégé donc peu/pas d'organismes vivants, le moteur est au sec, la surface de la coque reste identique à l'origine (pas de modification des flux). Nécessite une place verticale importante au dessus : volume de stockage de l'hélice + vérin qui monte, problématiques récurrentes de descente ou plus gênante : de montée (si quelque chose bloque la montée ou une panne notamment), coût
  • à jet d'eau : plus récente et nécessite une puissance électrique importante, ainsi qu'une place pour stocker le volume d'eau requis. Cette technique permet de trouver des solutions lorsqu'un tunnel ou un rétractable ne peut pas être installé, ni un externe (bateau >40 pieds environ, fond "plat" et peu de profondeur sous l'étrave ou utilisé à l'intérieur). La machinerie occupe un volume important mais peut être centrée dans le bateau (presque plus de poids mal placé à l'avant contrairement aux 4 autres familles). Coût élevé. Mais pas de pièce mobile donc le seul vrai risque est d'aspirer un objet petit qui pourrait poser problème. Risque minime pour les baigneurs et cordages flottants (surtout s'il y a une crépine).


Dernière édition par chrysm le Lun 14 Avr 2014, 16:38, édité 1 fois

_________________
ChrysM sur Océanis 37 Limited Edition 2013
avatar
chrysm
Admin

Messages : 2754
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 45
Localisation : Hérault
Modèle de bateau : Oceanis 37 Limited Edition 2013

Revenir en haut Aller en bas

Quel propulseur d'étrave pour mon bateau ?

Message par chrysm le Dim 13 Avr 2014, 15:31

La puissance
La puissance d'un propulseur se mesure en KgF.

Vous trouverez sur les sites des fabricants des abaques qui grosso modo, en fonction de la longueur de l'unité (et de son type voilier/moteur) vous donne une idée de la puissance en KgF minimale requise.

Pourquoi minimale ? Les fabricants ne sont pas fous ils savent bien que le facteur prix est déterminant, or quelque soit le type de propulseur retenu, son prix dépend aussi de sa puissance. En effet, en fonction de sa puissance dépend non seulement le prix du moteur, mais aussi de l'équipement électrique, batteries etc

De quoi avons nous "vraiment" besoin ?

En réalité, peu de facteurs sont vraiment déterminants :

  • le fardage : donc la surface exposée au vent . Plus que la longueur de la coque c'est la surface présentée au vent qui joue. Et elle dépend de chaque modèle de bateau. Si vous estimez que votre bateau a un fardage plus important que la moyenne de sa taille : prenez comme référence une longueur plus importante. Au contraire s'il est bas sur l'eau que rien ne traine en l'air (pas de GSE, pas de portique,...) prenez une unité plus petite comme référence
  • le port le plus utilisé : s'il y a beaucoup de courant, de cordages ou saletés flottantes, la force du vent moyen dominant, vous aideront à savoir s'il faut prévoir plus ou moins de puissance
  • votre capacité de manœuvre : dépend du bateau, de la marina, de l'âge du capitaine (surtout à venir)


Ensuite peuvent entrer en jeu des contraintes :

  • Son budget
  • La forme de son bateau
  • La place disponible (pour installer le matériel) . Exemple installer un tube de 250 n'est pas toujours possible alors qu'un 185 peut passer. Mais dans ce cas on est limité en puissance maximale disponible (aux alentours de 125 à 150 KgF pour un 185 mm).


Des informations complémentaires :
Les fabricants de bateau comme Beneteau proposent des propulseurs en option sur la plupart des modèles aujourd'hui. Ça peut vous donner une idée des puissances requises. Surtout n'allez pas en dessous, Beneteau n'est pas très généreux en la matière !

Trop de puissance ?
Et oui c'est possible : si vous avez sur-dimensionné votre propulseur et que celui-ci n'intègre pas de système de variation de la puissance, ça peut être gênant surtout lorsqu'il n'y a pas de vent. Mais surtout vous serez handicapé par la place et le poids qu'il prend !


Dernière édition par chrysm le Jeu 22 Mai 2014, 08:34, édité 1 fois

_________________
ChrysM sur Océanis 37 Limited Edition 2013
avatar
chrysm
Admin

Messages : 2754
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 45
Localisation : Hérault
Modèle de bateau : Oceanis 37 Limited Edition 2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par Richard84 le Dim 13 Avr 2014, 16:32

OK  OK  OK
avatar
Richard84
Admin

Messages : 1342
Date d'inscription : 17/03/2013
Age : 59
Localisation : Vaucluse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par chrysm le Dim 13 Avr 2014, 17:14

Cas concret : exemple pour un Océanis 37

Beneteau installait un propulseur à tunnel de 185 mm, le MaxPower CT80 qui comme son nom l'indique développe 69 KgF en 12V.

Ça donne une base de réflexion. Très rapidement j'ai constaté qu'idéalement il valait mieux ne pas descendre en dessous de 80 KgF pour ce 37 pieds. Certes même un CT60 de chez MaxPower peut le faire pivote mais qu'en est il quand le vent souffle 20 ou 30 nœuds ? Je manœuvre seul les 3/4 du temps quand on rentre au port et donc si on investi dans un propulseur autant qu'il serve quand c'est pas facile. Par grand beau temps, je peux m'en passer !

J'ai donc fait le tour des fabricants avec comme contrainte entre 70 et 100 KgF, qui rentre dans un tunnel de 185mm, équipé en 12V (car sur l'Océanis 37 tout est en 12V et passer en 24V nécessite des équipements électriques à gérer en plus).

Quid des autres types de propulseurs ?

  • les externes : pour moi l'appendice extérieur est non envisageable pour un bateau à voile de cette taille. Si vraiment aucun tunnel n'avait été envisageable je me serai rabattu sur cette solution (ou pas de propulseur du tout)
  • les tunnels (plus grands) : on peut installer un 250mm mais ça passe juste et dans ce cas on commence à 100 KgF or on peut rester en 185 pour cette puissance et je n'avais pas besoin de plus !
  • le rétractable : ça passe sur le 37, on doit se séparer du tiroir sous la couchette avant (qui est tellement petit que bon... mais c'est du travail en plus)... mais le coût et le renfort structurel ... m'ont fait renoncer. Pour un régatier éventuellement (mais bon : Océanis et régate ???)
  • le jet : inutile (rien à dire de plus) et très cher et trop lourd !


Comparatif (indicatif) des différents propulseurs

Attention : ce tableau n'est plus d'actualité : les prix changent, les modèles aussi .

Quelques explications sur le tableau :

  • On se rend vite compte que SidePower est la référence top qualité, Vétus le produit de luxe
  • Il y a deux catégories : les simples et les double hélices
  • Plus la puissance augmente plus le coût global augmente, mais le facteur essentiel c'est le rapport coût/KgF pour pouvoir comparer d'un modèle à un autre
  • Certains fabricants ne communiquent pas toutes les informations techniques (MaxPower en donnait le moins possible à l'époque, ça a un peu changé maintenant). Exemple : annoncer 80 KgF a 12,3V n'est pas la même chose que 80 KgF à 10,5V. Or la chute de tension est très forte si on "tire" un petit peu sur ces joujous et c'est plutôt la seconde valeur qui nous intéresse.

_________________
ChrysM sur Océanis 37 Limited Edition 2013
avatar
chrysm
Admin

Messages : 2754
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 45
Localisation : Hérault
Modèle de bateau : Oceanis 37 Limited Edition 2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par Gé80 le Dim 13 Avr 2014, 21:12

Bsr à ts, j'ai lu le sujet pr le propulseur sur le forum et j'ai fait monté à l'achat du bateau au lieu du CT 80 préconisé, Le CT100 en12V, car au-dessus ça passe en 24v et là c'est autre chose!!! Il convient à une vaste gamme de bateaux à moteur ainsi que des voiliers jusqu'à 40 pieds. 
> Ce propulseur a un diamètre de tunnel de 185mm et une évaluation de poussée de 90/198 (le kg/livres).

Vous en pensez-quoi!!! car pour l'instant il n'a pas tellement servi!!! je constate simplement qu'il pousse très bien mais pas essayé avec un vent de 25nds!!! ou +
 Il m'a quand même coûté la bagatelle de 6500€!!!!!
avatar
Gé80

Messages : 168
Date d'inscription : 28/08/2013
Age : 66
Localisation : Picardie
Modèle de bateau : OC 40 3 cabines de 2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par chrysm le Dim 13 Avr 2014, 21:51

Salut Gé80,
il y a plusieurs questions dans ta question.
Le Maxpower CT100 (12V) délivre 96 KgF. Il existe d'autres modèles en 12V qui rentrent dans un tube de 185mm qui sont un peu plus puissants (sidepower, quick notamment).
Mais de toutes façons au delà on passe au dessus de 5 kW et ça n'est pas raisonnable en 12V don 24 V obligatoire (ou presque). 24V pose le problème du couplage/séparation sur un bateau équipé en 12V. C'est tout à fait faisable mais impose 2 batteries 12V à l'avant donc un surcroit de poids supplémentaire.

Donc globalement le CT100 est un bon compromis sans passer à un tube de 215 (rare modèles) ou 250 mm et probablement en 24V. 96 KgF devrait suffire pour un 40 pieds, ça me parait confortable.

La question du prix pour terminer. Tout dépend de ce que comprend le tarif que tu annonces.
Ça me parait un peu cher mais ça reste raisonnable pour une prestation d'installation complète avec batterie à l'avant, coupe circuit dédié, stratification parfaite , nettoyage complet, et heu un café ? Smile

_________________
ChrysM sur Océanis 37 Limited Edition 2013
avatar
chrysm
Admin

Messages : 2754
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 45
Localisation : Hérault
Modèle de bateau : Oceanis 37 Limited Edition 2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par Gé80 le Lun 14 Avr 2014, 11:17

Salut Chrysm, il n'y avait pas de propulseur sur cet OC40, donc ce prix correspond à une installation complète, avec commande à la barre à roue, batterie, coup circuit dédié ds la couchette avant, batterie avec liaison alternateur & chargeur de quai, stratification nickel, du très bon boulot, fait par un pro à côté de la Baule Nautic à Pornichet.
avatar
Gé80

Messages : 168
Date d'inscription : 28/08/2013
Age : 66
Localisation : Picardie
Modèle de bateau : OC 40 3 cabines de 2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par chrysm le Lun 14 Avr 2014, 13:10

En te répondant je pensais plus a la possibilité de réaliser soi même tout ou partie du travail d'installation . Chargeur de quai supplémentaire wow ! 
Pour la stratification il y a deux aspects :
- structurel essentiel : pas de fissure au bout de x mois 
- galbe - anti remous : de chaque côté de la coque on doit trouver un renflement sur l'avant un peu la forme d'un nez de dauphin vu de dessus et un galbe positif sur l'arrière (après le tube dans le sens de défilement de l'eau sur la coque) pour éviter les turbulences. Pas de bourrelet tout le tour comme je l'ai souvent vu ni de surface plane dans ce dernier cas :  le trou du tube crée une dépression puis on arrive sur le fond du tube puisque la coque s'élargit à cet endroit donc on a un effet de frein puis a nouveau une turbulence DNA l'angle du tube...

Edit : en fait faut que je fasse un schéma c'est incompréhensible mon charabia au dessus !

_________________
ChrysM sur Océanis 37 Limited Edition 2013
avatar
chrysm
Admin

Messages : 2754
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 45
Localisation : Hérault
Modèle de bateau : Oceanis 37 Limited Edition 2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par chrysm le Jeu 22 Mai 2014, 08:37

J'ajoute un point crucial : pour l'utilisation en solo, ou quasi-solo, une télécommande sans fil pour le propulseur est un vrai plus , y compris pour ne pas se ruiner le dos sur des amarres à reprendre quand on est un peu... fatigué.

_________________
ChrysM sur Océanis 37 Limited Edition 2013
avatar
chrysm
Admin

Messages : 2754
Date d'inscription : 20/03/2013
Age : 45
Localisation : Hérault
Modèle de bateau : Oceanis 37 Limited Edition 2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment choisir un propulseur d'étrave pour son bateau ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum